Lettre à un jeune cinéaste

Comme tout autre jeune, j'ai été fasciné par cet art du mouvement qui créé un monde ouvert à une fantaisie sans limite. Il nous fait sortir de la réalité qui nous entoure, il nous emporte dans des mondes imaginaires grâce aux sons, aux musiques, aux paroles, qui prêtent vie à toutes les formes inventées par les animateurs. Grâce à des chefs-d'oeuvre l'animation est devenu un Grand-Art et tiemt sa place dans la production cinématographique mondiale. Beaucoup d'innovations techniques inventées par les animateurs sont utilisées par l'industrie du cinéma.

À vrai dire, je ne pensais jamais pouvoir toucher à l'animation. J'ai fait des études classiques aux Beaux-arts de Rennes, apprennant la peinture, la fresque, l'architecture, le design intérieur, la composition, le modelage, et surtout le dessin d'après nature, encouragé par un Maître, M. Méheut, qui avait un talent exceptionnel pour capter le mouvement des hommes et des animaux. Ainsi j'ai débuté par l'illustration de livres, de peintures murales et des tableaux. Ma formation me permettait de m'adapter aux propositions de travail, mais parallèlement je réalisais des projets personnels pour des livres fictifs, sur des sujets qui me passionnaient. Dès 1952 je travaillais pour la télévision de Radio-Canada et passais sans difficulté des illustrations à la construction de décors ou au dessin animé. Dans chacun de ces domaines, j'ai pu acquérir de l'expérience et faire des progrès. Lorsqu'en 1968 Hubert Tison m'a proposé de faire de l'animation à plein temps j'ai accepté avec plaisir, sachant bien que je serais à bonne école avec lui, car j'avais beaucoup à apprendre.

C'est le message que je voudrais faire passer à ces jeunes qui rêvent de faire de l'animation, qui se limitent trop souvent à une formation technique sans avoir, au préalable, ou parallèlement, acquis une éducation artistique qui leur ouvre les yeux et l'esprit, qui leur permette d'être des animateurs créatifs et libres, ou de choisir une autre voie s'ils n'y trouvent pas leur compte!

« Avoir plusieurs cordes à son arc » est un ancien proverbe, mais à l'ère atomique il est toujours d'actualité!

Frédéric Back

F.B.