Zone polaire

Les peuples

Le livre Inuit, les peuples du froid, publié par Libre Expression en 1995 fourni l’occasion à  Frédéric Back, d’illustrer le mode de vie de ces habitants de la région circumpolaire dont plusieurs pays font partie.

Chez les Inuits, le mariage était une question de survie. On ne pouvait pas traverser la vie seul. Le couple était complémentaire. C’est l’union d’un chasseur et d’une couturière.

Un veuf ou un vieux garçon qui n’avait personne pour repriser ses vêtements ou pour cuisiner ses repas était un fardeau pour ses proches qui le tournaient en ridicule. Les marmites, la lampe et la tente appartenaient à la femme. Une femme sans homme devait quémander ses repas et les peaux dont elle faisait ses vêtements. Il n’y avait pas de mariage, pas de cérémonie. Le couple s’affichait simplement dans la communauté qui le reconnaissait comme tel.

Le kayak, le traîneau, le harpon le couteau à neige appartenaient à l’homme. Le grattoir, les racloirs, le fil et les aiguilles, la lampe et les marmites appartenaient à la femme. Il n’y avait pas de clan ni de classe sociale. On se déplaçait selon les nécessités de la survie. En hiver, les Inuits pouvaient se regrouper en villages sur la banquise pour les besoins de la chasse au phoque. Mais l’été, venu le groupe se défaisait et chacun allait son chemin. Au-delà du cercle familial, les liens sanguins avaient peu d’importance.

Les Inuits vivaient près de l’océan Arctique, en Alaska, au Canada, au Groenland, au Danemark, en Islande, en Norvège, en Suède, en Finlande, en Russie et en Sibérie.

[peinture #33016]
Couverture du Livre Inuit ou les peules du froid
1995
Canada, Québec
Crédit : Frédéric Back et Éditions Libre Expression