À la caméra

Paul Webster

Paul Webster a été le premier cameraman ayant une expérience en animation à être embauché au studio d'animation de Radio-Canada. Il adorait le film d'animation et en bricolait chez lui avant de travailler avec nous. Il a fait le travail à la caméra de mes 6 premiers films. Il collabora aussi à une foule d'autres animations pour la télévision, incluant des trucages complexes, que mes collègues et moi faisions pour diverses émissions.

Claude Lapierre

Avant de travailler pour la Société Radio-Canada, Claude Lapierre avait travaillé à l'Office national du film du Canada où il avait acquis une solide expérience en caméra d'animation. C'est lui qui m'a initié à la technique des 4 passes utilisée dans L'homme qui plantait des arbres et Le fleuve aux grandes eaux.

[Document: P_2170_2]

[Photo] Claude Lapierre à la table d'animation.

Témoignage de Claude Lapierre sur F.B.

« J'ai découvert en Frédéric Back cette génération d'hommes qui honore le travail et de plus, cette passion d'un artisan envers son art, son métier et tout aussi désireux de vous communiquer cette même fierté pour le travail bien fait. »
C.L. (propos tiré de Asifa Canada, Vol. 16, No.1, avril 1988)

[Document: P_0279]

[Photo] De gauche à droite : Claude Lapierre, Frédéric Back, Jean Robillard et Norbert Pickering avec l'Oscar® de L'homme qui plantait des arbres.

Jean Robillard

Jean Robillard est un caméraman d'animation extraordinaire. Il a collaboré avec Claude Lapierre pour les films Crac! et L'homme qui plantait des arbres. C'est cependant seul qu'il a accompli le travail de caméra très complexe du film Le fleuve aux grandes eaux. Malheureusement, comme on avait déjà fermé le studio d'animation à la Société Radio-Canada, il a dû changer de fonction dès que ce dernier film fut terminé. C'est bien dommage que son savoir et son expérience en animation ne soient plus mis à contribution...

[Document: P_0879]

[Photo] Jean Robillard à la table d'animation.

Témoignage de Jean Robillard sur F.B

« J'ai travaillé pendant 20 ans comme caméraman d'animation et c'est un travail que j'ai beaucoup aimé! J'y serais encore sans doute si le studio n'avait pas été fermé. Frédéric Back était un bourreau de travail, très exigeant pour lui-même et, bien sûr, pour ses proches collaborateurs, ce qui, somme toute, me fut très positif. Il a bien fallu que je tente sans cesse d'améliorer mon travail! »
J. R.